Partir pas cher en Europe : les bonnes astuces voyage !

Il est l’heure de profiter de ce bon vieux Espace Schengen et de partir à l’aventure en Europe. Avant de s’enflammer, il vaut mieux connaître son budget histoire de ne pas se retrouver en rade au beau milieu d’une route déserte. Avec une organisation adaptée au projet et des astuces pertinentes, les problèmes sont évités. Justement, nous vous donnons les bons conseils à retenir avant de savourer vos vacances.

1.   L’intermodabilité, une nouvelle clé

La loi Macron, cela vous dit quelque chose ? Elle a notamment permis de rendre bien plus abordable le prix du bus en France. On parle d’une réduction d’environ 43%, économie que l’on peut associer à une autre en utilisant à bon escient l’intermodalité, c’est-à-dire combinerdifférents moyens de transport pendant un seul et même voyage. Train, bus, covoiturage : à vous de mixer les expériences comme vous l’entendez.

2.   Toujours avoir de la monnaie sur soi

Partir pas cher oui mais avec l’atout prévoyance dans les bagages. L’informatique n’est pas infaillible et la carte bleue peut ainsi vous lâcher au plus mauvais moment. Il est aussi possible que les banques ferment au moment où vous voulez payer. Comme on dit, mieux vaut prévenir que guérir. Prévoyez donc de la monnaie au cas où. Aussi, vous éviterez des frais supplémentaires de retrait/paiement si vous n’avez pas souscrit à une option spécifique (souvent gratuite) en lien avec votre compte bancaire.

3.   Checker les hébergements à l’avance

On a toujours l’air malin quand on trouve porte close alors qu’il s’agit du dernier établissement pour la nuit avant l’autoroute ou… la forêt. Comment s’éviter le coup de pompe nocturne ? Par la réservation à l’avance. Appartement d’un particulier, auberge de jeunesse, gîte, couchsurfing, camping, hôtel : vous avez un choix conséquent à exploiter si vous ne souhaitez pas passer la nuit dans la voiture ou à la belle étoile quand il fait -3 degrés.

4.   Télécharger une application de transport

Le transport dépasse les frontières. Si cela se trouve, votre application préférée pour effectuer des trajets fonctionne aussi là où vous vous rendez. S’organiser, c’est connaître à l’avance le bon itinéraire de manière à cumuler les économies. N’oubliez donc pas de télécharger une application style maps voire carrément celle de la société prête à vous emmener aux quatre coins de votre ville d’arrivée.

5.   S’ouvrir aux autres

A moins d’avoir fait des études poussées en langues étrangères ou d’être natif (ou native), vous ne maîtrisez pas du tout l’Estonien. Bonne nouvelle : l’anglais est sans frontières lui aussi. Il serait dommage de ne pas vous imprégner de la culture locale pendant votre road trip européen. Autour d’une bonne bière, les langues se délient plus facilement. Et soyons fou : Cupidon est aussi actif ailleurs !